Oona Doherty, Alice Ripoll, James Batchelor

C'était hier !

< Théâtre de la Bastille >

# Hard To Be Soft – A Belfast Prayer de Oona Doherty.
A quelques semaines d’intervalle Oona Doherty aura présenté 3 de ses pièces à Paris confirmant l’intérêt grandissant porté à cette jeune chorégraphe. Avec celle présentée ce soir-là en partenariat avec l’Atelier de Paris – CDCN au Théâtre de la Bastille on retrouvait l’univers déjà entrevu au Centre Pompidou avec Hunt & The Ascension of Lazarus à savoir une danse puissante et nerveuse.
Sur le plateau une énorme structure qui a des airs de cage aux fauves. C’est d’abord à l’avant-scène qu’on découvre un premier tableau : 3 jeunes hommes encapuchonnés émergent à peine de la pénombre semblant attendre autour d’un braséro. S’agit-il de petits malfrats en attente d’un mauvais coup ? de chômeurs désoeuvrés ? Immédiatement notre imaginaire est convoqué devant cette scène énigmatique avant l’entrée en scène de Oona Doherty qui se présente en tenue masculine baggy et les cheveux plaqués en arrière. Sur une bande son constituée de bruits, paroles et invectives diverses, elle double et mime de sa danse ce qu’on entend : fragments de scènes empruntes de violences, d’insultes, de deal, de lutte et de mort. Sa danse est à l’image de ce collage sonore faite de ruptures et de fulgurances.
C’est à l’intérieur de l’immense structure que se déroule le tableau suivant, non sans avoir été précédé de la voix d’une femme qui nous dit combien, lorsqu’on vit dans le dénuement, être « bien sapée » peut permettre de trouver un (meilleur) travail. Témoignage bref mais poignant qui permet de comprendre cette dizaine de jeunes danseuses hyper lookées qui déroulent alors une chorégraphie inattendue mais combien efficace.
Enfin après un dialogue conflictuel, en voix off, entre un père policier et son fils, entrent 2 hommes aux allures de déménageurs qui refont vivre ce dialogue entendu précédemment dans un corps à corps tout d’abord viril avant de s’abandonner à une tendresse toute naturelle entre un père et son fils alors qu’est projetée une vidéo monumentale de ces mêmes corps en arrière scène.
Avec une belle économie de moyen, une danse âpre, et dans un format (trop) court, la jeune chorégraphe fait entrer la rue sur le plateau et entendre la parole de ceux qu’on entend si peu souvent en cet endroit de la danse. Vu le 11 avril 2019.
Teaser par ici >
https://youtu.be/BU81AjOd6NI

< Le Centre Pompidou >

En partenariat avec le festival ArtDanthé, le Centre Pompidou présentait au sein des collections du Musée des performances de chorégraphes à suivre assurément.
#
aCORdo de Alice Ripoll & la cie REC.
Signalons en premier lieu que cette pièce aCORdo est signée de la chorégraphe brésilienne Alice Ripoll et dansée par la compagnie REC. Dans une des salles d’exposition, fermée pour l’occasion, les spectateurs viennent prendre place sur un pourtour de chaises, dispositif inhabituel dans le cadre d’une performance au musée. Deux interprètes habillés de blouses ou bleus de travail sont allongés contre une des cimaises dans des postures de dormeur. Ils sont par la suite rejoints par 2 autres danseurs qui prennent appui sur les corps de leurs camarades pour entamer également une sieste. Peu à peu, les appuis se modifient et les corps sortent de leurs repos respectifs pour atteindre la mi-hauteur et trouver enfin leur verticalité. Chacun des danseurs entame alors une danse personnelle avant de se porter puis se déposer à tour de rôle sur les genoux des spectateurs qui font ainsi l’expérience de prendre soin, comme un bien précieux, de cet autre qui lui étranger afin qu’il ne tombe pas. Cet échange et cette intimité entre les corps, ceux des danseurs et des spectateurs, va prendre une nouvelle tournure lorsque les 4 interprètes vont se saisir des objets divers que les spectateurs ont avec eux, là un sac, ici une paire de lunettes, ailleurs une écharpe, pour les redistribuer de manière aléatoire auprès d’autres spectateurs, chacun acceptant la perte de son bien et sa redistribution auprès d’inconnus. Au-delà de l’inquiétude première chacun se prête au jeu et des sourires entendus se dessinent sur les visages. D’autant plus que les danseurs vont également gardés avec eux certains des objets prélevés dans l’assistance : portables, montres ou bijoux dans les poches, sacs à main en bandoulière, brouillant ainsi de plus en plus les pistes pour suivre les trajets des biens prélevés. Jusqu’à cet ultime moment où ils viennent se placer face à la cimaise libre, mains aux murs, jambes écartées mimant un contrôle de police. Il faudra un temps aux spectateurs pour comprendre qu’il leur revient de quitter leur confort assis s’ils souhaitent récupérer leurs biens et cela en accomplissant des gestes habituellement dévolus à la seule police. On assiste alors à cette scène surréaliste où chacun vient rapporter à son propriétaire ce qui ne lui appartient pas, et/ou part à la recherche de son bien dans l’obligation de faire les poches de nos quatre pseudo pickpockets. C’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé. C’est avec le dernier objet récupéré par sa/son propriétaire que la pièce prend fin permettant enfin la sortie des danseurs.
C’est toute en finesse que cette performance, à travers une participation tout à fait singulière du public, interroge notre rapport à l’autre, notre capacité à l’empathie, à la confiance et plus globalement souligne combien nous sommes assurément soumis à des représentations qui relèvent du social et du politique. Et c’est tout à l’honneur de la chorégraphe de nous le rappeler le temps d’une danse. 
# Deepspace de James Batchelor.
James Batchelor, danseur et chorégraphe Australien, proposait une performance très différente avec un duo baigné d’étrangeté. La pièce fait suite à l’expédition du chorégraphe sur un navire d’exploration de l’Antarctique durant 2 mois : « En tant que chorégraphe, c’était un environnement particulièrement unique et inspirant pour étudier et faire des recherches sur le corps ». C’est cette expérience qu’il restitue avec cette performance filmée le 21 avril au Centre Pompidou >.
https://vimeo.com/333388314

tout droit réservé @ A voir et à danser