Signes de Printemps au Regard du Cygne du 5 au 28 mars

C'est pour bientôt !

< Le Regard du Cygne >

# Signes de Printemps du 5 au 28 mars.

Avec une direction renouvelée depuis la rentrée dernière et notamment l'arrivée de Christina Towle à la programmation, le festival danse Signes de Printemps, tout en maintenant les fondamentaux des éditions précédentes (mêlant générations d'interprètes et de chorégraphes, extraits de pièces et créations, répétitions publiques et performances) développe également dorénavant une programmation en direction des plus jeunes avec une version jeune public de ses Spectacles Sauvages le 6 mars et reconduit la journée Family Day, inaugurée à l'automne, avec des spectacles à partager en famille le 21.
Cette année le festival a également concocté un Weekend du féminin en partenariat avec le Théâtre de Verre et son Festival des Féminins. Ateliers, spectacles, jam, exposition, projection célèbreront les féminins aux cours de ces 2 jours du 7 au 8 mars.
En partenariat avec le Générateur à Gentilly, la soirée Pile ou Frasq du 24 mars permettra à qui le souhaite d'avoir accès au plateau durant 10' pour des performances 'brutes' à découvrir.
On n'oubliera pas d'assister aux répétitions publiques en accès libre sur réservation les 13 et 17 mars.
Du côté des pièces de répertoire Convives de Johanna Levy sera présentée les 11 et 12 mars en partenariat avec Danse/Dense (projet dédié au soutien de jeunes chorégraphes).
 Crédit photo Convives © Max Ruiz
Tandis que la chorégraphe Valeria Giuga viendra clôturer le festival avec sa pièce She was Dancing le 27 mars et sa version chorale en extérieur sur la Place des Fêtes le 28 mars

Construite à partir du texte de Gertrude Stein, Orta or one dancing, à la gloire de Isadora Duncan, lui-même recomposé par le poète Jean-Michel Espitallier qui en accentue la scansion et les répétitions, la chorégraphe Valeria Giuga a bâti une danse minimale, épurée, métronomique ou la question de l’unisson est centrale à tel point que les interprètes perruqués et vêtus de manière identique jettent un certain trouble. Avant que la batterie jouée en live ne vienne altérer peu à peu cette mécanique trop bien huilée et que l'on retrouve alors les accents de la danse libre de Isadora Duncan.
Crédit photo She was Dancing © Nikolaz Lecoq
La programmation complète du festival est à retrouver par ici >.
Pour participer à la version chorale en plein air sur la Place des Fêtes le 28 mars prendre contact avec l'Atelier de Paris.

tout droit réservé @ A voir et à danser