'Passages' de Noé Soulier : jeu de cache cache à la Conciergerie

 C'était hier !  

# Passages de Noé Soulier à la Conciergerie le 9 septembre 2020.

Passages de Noé Soulier à la Conciergerie, festival indispensable & Monuments en mouvements
Passages, Noé Soulier @ A voir et à danser

Il est toujours fascinant de voir de quelle manière les chorégraphes, à la demande de Monuments en Mouvement qui leur passe commande, s'emparent de ce lieu qu'est la Conciergerie pour y installer et y dérouler leurs créations. L'enjeu est de taille dans cet espace qu'est la Salle des Gens d'armes aux voûtes gothiques massives.
Le tout nouveau et jeune directeur du Centre national de Danse Contemporaine d'Angers, Noé Soulier, à choisi pour sa création Passages de jouer pleinement de la fragmentation de l'espace délimité par les piliers monumentaux : soit l'alternance d'un jeu de pleins et de vides dans lequel les 6 danseurs sont amenés à apparaître ou disparaître. Jeu de cache-cache permanent, à la fois aux yeux des spectateurs mais également des danseurs eux-mêmes qui malgré tout, se doivent de garder certaines phrases à l'unisson.
A partir de modules très écrits et qui reviennent comme des leitmotivs, les danseurs, dont le nombre varie sur cette scène si particulière, développent une danse articulée sur un vocabulaire que l'on connaît bien chez le chorégraphe, danse constituée d'enchainements de gestes fragmentaires (ça lance, ça tombe, ça saute, etc). Les unissons se font et se défont, se décalent ici et se retrouvent ailleurs, apparaissent ou disparaissent au gré des déplacements des danseurs. Danse ludique mais physique. Dès l'entrée des 2 premières danseuses dont l'une va au sol, on entend le genou qui tape sur le sol si dur du lieu. 
D'ailleurs, souffles et cris des interprètes, réceptions de saut, courses, froissements des vêtements, etc., constituent la trame sonore d'une pièce dépouillée de tout habillage musical. Et c'est tant mieux car cette partition naturelle vient alors renforcer les moments ou monte l'intensité chorégraphique.
Il y a aussi ce beau moment un peu différent du reste de la pièce : un trio de danseurs répète la même phrase chorégraphique. Chacun sous un arc de pierre, ils ne peuvent se voir, abrités du regard des autres par les piliers. Lovés dans ces trois niches majestueuses, ils dessinent devant nos yeux comme le triptyque d'un retable ouvert, ce qui convient merveilleusement bien à ce lieu.
Pièce vue le 9/09/2020
 
Formé au ballet classique, Noé Soulier découvre Trisha Brown et Willian Forsythe, s'oriente vers la danse contemporaine en passant par P.A.R.T.S. 
On le découvre en 2010 à Danse Elargie. Diplômé en philosophie il est l'auteur de l'ouvrage Actions, Mouvements et Gestes paru en 2016.