'(sans titre)(2020)' par Boris Charmatz au festival Echelle Humaine

 C'était hier !  

# (sans titre) (2020) par Boris Charmatz à Lafayette Anticipations.

Dans le cadre du festival Echelle Humaine on a eu la chance de voir le solo (sans titre)(2020) de Tino Sehgal dansé ici pour l'occasion par Boris Charmatz auquel le festival d'Automne consacre par ailleurs un large pan de sa programmation danse dans le cadre d'un portrait du chorégraphe. Cette pièce d'à peine 50', créée il y a maintenant une quinzaine d'année procède par emprunts et prélèvements dans le répertoire de la danse du XXème siècle. Sans décor, sans costume et sans musique, on assiste à un petit condensé d'une histoire de la danse qui part de Nijinsky et de l'Après-midi d'un faune pour s'achever avec Jérôme Bel après des détours par d'autres jalons de cette grande histoire du corps dansant comme Trisha Brown ou Anne Teresa de Keersmaeker pour les plus évidents à identifier. Dépositaire de cette histoire, le corps du danseur devient alors corps d'exposition, musée vivant de la danse. Et on comprend aisément en quoi cette pièce est aussi programmatique dans la démarche de Boris Charmatz qui avait fait du Centre chorégraphique de Rennes un Musée de la Danse au temps où il en était le directeur.