"Happening Tempête" de Boris Charmatz.

crédit photo @ filipf/avoiretadanser

Happening Tempête : paysage mouvant au Grand Palais Ephémère.

Happening Tempête la performance pour plus de 100 danseurs de Boris Charmatz s'est tenue non pas au Grand Palais, dorénavant en travaux, mais dans sa version provisoire non loin des Invalides, soit le Grand Palais Ephémère conçu par Jean-Michel Wilmotte.

Même si le projet a du s'adapter aux exigences sanitaires et notamment à la nécessaire distanciation danseurs / public, il n'en reste pas moins que ce fut une belle réussite. D'abord pour les danseurs eux-mêmes venus d'horizons aussi divers que des Conservatoires de danse, des beaux-Arts de Paris, d'une compagnie théâtrale, ou salariés de différentes entreprises investies dans le projet et qui obligés de travailler en petits groupes jusque là ont pu faire éclater leur joie à l'issue des 3 heures de performances réalisées enfin tous ensemble.

Ensuite pour un public attentif et probablement heureux de pouvoir renouer et partager avec une forme hyper-collective d'une danse chère à Boris Charmatz.

Certes cette tempête de gestes était celle de danseurs restant à distance les uns des autres. Comme le rappelait le chorégraphe :"On aimerait se toucher, danser tous ensemble, mais ce sera pour plus tard. Nous allons performer sur place, ensemble, mais séparés... J'ai tout de même envie que nous arrivions à une forme de tempête !"

Et la tempête fut bien là : celle des décomptes à haute voix comme dans la pièce Infini, et marquant ici la reprise de la boucle chorégraphique d'une durée de 20' ; celle des gestes, ces presque riens faits ensemble mais si différemment d'un performer à l'autre, comme dans Levée des Conflits, ce qui en fait toute la richesse pour le spectateur qui jamais ne s'ennuie devant ce paysage mouvant se recomposant sans cesse.

Mais en même temps qu'on ne s'y trompe pas, l'écriture est dans la structure chorégraphique qui découpe la boucle en séquences qui s'enchainent sans qu'on y prenne garde : compter de 150 à zéro avec un geste par nombre, marcher comme des zombis, courir, manifester, se caresser, faire la fête, etc. sans oublier ces courses folles traversantes qui font irruption, et qui dessinent tout à la fois des boucles qui viennent ainsi contenir cette tempête à l'intérieur de son périmètre.

Pour ceux qui auront raté Tempête, tout n'est pas perdu : Arte.Tv diffuse une belle version de 20' intitulée Les Circonstances, avec l'Ensemble chorégraphique du conservatoire de Paris, à voir par ici (à partir de 32'25") >.

Happening Tempête vu le 12/06/2021.