Entretien avec Christina Towle programmatrice du festival "Signes d'Automne"

Christina Towle, programmatrice au Regard du Cygne et Amy Swanson fondatrice du Regard du Cygne
Christina Towle et Amy Swanson @ avoiretadanser

Rencontre avec Christina Towle en charge de la programmation au Regard du Cygne.

Christina Towle, est une danseuse américaine qui s'est installée en France dans les années 2000. Depuis septembre 2019, elle est en charge de la programmation des festivals danse au Regard du Cygne, l'un au printemps et l'autre à l'Automne. A l'occasion de la prochaine édition de Signes d'Automne qui se tiendra du 2 novembre au 4 décembre 2021, nous l'avons rencontrée afin d'en savoir plus sur la programmation du dit festival et au-delà.

Comment s'est effectuée ta rencontre avec le Regard du Cygne ? 


Aux USA, j'ai tout d'abord fait de la danse classique puis je me suis formée chez Merce Cunningham. J'étais très intéressée par le courant de la danse venant d'Europe très différent de ce que je voyais aux États-Unis. Je suis donc venue en France au début des années 2000 par curiosité. Je crois me souvenir avoir découvert le Regard du Cygne vers 2003-2004 à l'occasion d'un solo que je présentais dans les Spectacles Sauvages. J'y ai rencontré Amy Swanson avec laquelle j'avais des affinités particulières puisqu’elle est aussi américaine. Amy Swanson est fondatrice du lieu et artiste associée à la direction artistique.

Par la suite, le Regard du Cygne a programmé une très grande partie de mes pièces et j'ai également pu bénéficier d'une mise à disposition d'un petit bureau. C'est un lieu qui a participé à la création de ma compagnie en 2007 et j'ai pu y développer mon travail. J'ai pris la succession de Léa Poiré en charge de la programmation qui quittait le Regard en 2019. Le festival Signes d'Automne de cette même année était encore en quelque sorte une programmation à 4 mains et j'y ai maintenu les projets qui étaient déjà en cours avec les artistes.

Signes de Printemps en 2020 est donc mon premier festival mais qui s'est arrêté brutalement en raison de la mise en place du confinement au début du mois de mars. Celui d'automne a été annulé et pour Signes de Printemps en 2021, n'ayant aucune perspective de sortie de crise sanitaire, le Regard du Cygne ne pouvait pas s'engager financièrement sur un évènement dont on ne savait pas s'il pourrait avoir lieu. Par contre nous avons investi sur la réalisation de capsules vidéos donnant la parole aux artistes programmés qui ne pouvaient pas rencontrer le public. C'était intéressant d'explorer ce type de communication parce qu'en règle générale, cela nous est difficilement accessible en raison de nos contraintes budgétaires et l'occasion se présentait de pouvoir le réaliser dans ce cadre très particulier.

La programmation de Signes d'Automne 2021.

Dans ce contexte de sortie de crise sanitaire, le prochain festival est résolument éclectique. En tout premier lieu j'ai souhaité rester fidèle aux artistes que nous suivons et qui étaient programmés au festival de printemps dernier comme Sylvain Ollivier, Marika Rizzi ou Anne Girard-Le Bot. Reste posée la question des modifications de formes éventuelles des pièces entre la programmation prévue il y a 6 mois et celle à venir en novembre. En ouverture du festival, nous reprogrammons également Daria Faïn en partenariat avec ZOA (Zone d'Occupation Artistique).

Le festival propose une soirée autour des premiers soli de femmes chorégraphes en partenariat avec Danse Dense. On pourra assister pour la première fois au solo de Mélodie Lasselin, Nina Vallon quant à elle reprendra un solo de 2007, quand Karima El Amrani dansera son solo daté de 2019. Alexandra Damasse reprendra an H to B de Mié Coquempot datant de 1997. Autant de questionnements sur les "strates" ou états de maturation qui se posent aux chorégraphes avec les différentes temporalités entre le temps de la création et celui de sa (re)production.

Dans la programmation il y a aussi L’épouse et la ménagère, deux pièces de Rebecca Journo qui a beaucoup souffert de la crise du covid qui a entrainé l'annulation de sa tournée dans le cadre de Areowaves. C'est mon coup de cœur. 

Comme pour palier, en l'absence de perspective durant ces longs mois de fermeture, à la difficulté de s'investir sur des créations à long terme, Aurélien Richard, pianiste et chorégraphe, invite et propose à trois autres chorégraphes de produire une création en un jour à partir dune pièce musicale qu'il soumettra la veille et qu'il accompagnera en live au piano. C'est un projet autour de l'instantané et de l'improvisation qui s'intitule Impromptus avec Marion Levy, Nancy Naous et moi-même. C'est aussi une manière de créer des liens entre artistes chorégraphiques trop rares à mon sens dans la danse contemporaine. D'ailleurs pour ce festival nous organisons une rencontre entre tous les artistes programmés afin qu'ils puissent parler ensemble de leurs projets respectifs.

Cette année une soirée est dédiée à deux conférences sur des figures majeures du butô. Je souhaite développer ce type de propositions afin de rendre accessible à un plus large public l'histoire de la danse.

Perspectives pour le Regard et les prochains festivals.

Comme avec la soirée des premiers solis, je souhaite avoir un engagement fort en direction des écritures chorégraphiques au féminin en particulier pour la journée du 8 mars durant le festival Signe de Printemps.

Après la création de la journée Family Day à mon arrivée en 2019, je souhaite maintenant élargir la palette des âges avec des spectacles tout public. En ce sens, nous commençons à faire des résidences dans les crèches grâce au soutien de la Mairie de Paris et le Regard du Cygne est devenu membre de Courte Echelle qui est un réseau de production de créations pour le jeune public. Il y a beaucoup de projets chorégraphiques qui pourraient à mon sens trouver à se développer du côté de ce réseau spécifique.

Il me semble important de renforcer les synergies entre artistes et de susciter des échanges. Dans cette perspective, le Regard du Cygne met en place, avec un.e chorégraphe invité.e, des Masterclass qui s'adressent aux danseurs pro et amateurs confirmés. Il s'agit de pouvoir partager et traverser avec l'invité.e la matière chorégraphique de sa création en cours. Un tel exercice de transmission te permet, en tant que chorégraphe, de fixer, consolider, préciser ton exigence chorégraphique. J'espère également que cela puisse amener à des rencontres et pourquoi pas d'éventuelles collaborations futures.

Par ailleurs j'aime toujours montrer, à l'intérieur du festival, ce que j'appelle l'artisanat de la danse avec ces différentes temporalités : projets encore en friche, créations en cours, pièces de répertoire. J'ai envie d'ouvrir encore plus nos Spectacles Sauvages à des projets works in progress dans l'esprit new-yorkais : qu'il y ait plus de prises de risque et que les Spectacles Sauvages soient encore plus sauvages.

Programmation et résidences. 

Pour mon activité de programmatrice, je suis en lien avec Danse Dense, la Fabrique de la Danse, Pile ou Frasq, ZOA, Tremplin Propulsion et je suis les sorties de résidence des compagnies dans les autres structures. Je suis bien sûr attentive aux mails que je reçois pour autant qu'ils contiennent quelques images qui me permettent aussi de me faire une première idée.  

Cependant, ce vers quoi je tends est de faire vivre un lieu avec ses valeurs de partage et la programmation n'est qu'un élément parmi d'autres pour y arriver. Au Regard du Cygne, être en résidence, c'est être programmé ou potentiellement programmable dans nos festivals. L'un ne va pas sans l'autre. Nous disposons d'une enveloppe de 307 heures, financées par la Région Ile-de-France, que l'on met au service des artistes en résidence. Et ce sont ces mêmes artistes qui participent à nos activités de médiation que développe activement Jeanne Michel dans l'équipe du Regard depuis son arrivée en 2019.

Nous avons énormément de demandes pour les résidences. Malheureusement nous ne pouvons toutes les accepter pour de multiples raisons. En premier lieu parce que nous sommes une petite structure aux moyens limités et ne pouvons répondre de la même manière aux attentes des artistes comme peuvent le faire des lieux tels La Briqueterie/CDCN ou l'Atelier de Paris/CDCN.

Retrouver le programme du festival qui se tiendra du 2 novembre au 4 décembre par ici >.